Home > Article scientifique > 7A) Types of abuse and risk factors associated with elder abuse. 7b) Abuse in older persons: why physicians need to be aware

7A) Types of abuse and risk factors associated with elder abuse. 7b) Abuse in older persons: why physicians need to be aware

7A) Types of abuse and risk factors associated with elder abuse
7B) Abuse in older persons: why physicians need to be aware

Référence bibliographique

7A) Lacher, S., Wettstein, A., Senn, O., Rosemann, T., & Hasler, S. (2016). Types of abuse and risk factors associated with elder abuse. Swiss medical weekly, 146, , doi:10.4414/smw.2016.14273

7B) Büla, C. J. (2016). Abuse in older persons: why physicians need to be aware. Swiss medical weekly, 146, w14291. doi:10.4414/smw.2016.14291

Résumé

L’article de Lacher et al. présente les résultats d’une étude suisse, menée dans le canton de Zürich. 903 dossiers de l’ « Unabhängige Beschwerdestelle für das Alter », bureau indépendant de plaintes pour des questions liées à la vieillesse du canton de Zürich, ont été analysés de manière rétrospective afin d’examiner les caractéristiques des victimes et des auteurs de maltraitance, les types de maltraitance et les facteurs de risque.

L’éditorial de Büla présente l’article de Lacher et al. et introduit le thème de la maltraitance envers les personnes âgées. Il souligne le rôle essentiel du médecin et des professionnels de la santé dans le repérage de la maltraitance.

Quelques résultats de l'étude de Lacher et al.:

  • Environ 17% des cas (soit 150 des 903 dossiers) présentent au moins une forme de maltraitance (104 cas) ou de négligence (46 cas) envers une personne âgée.
  • La maltraitance psychologique est celle qui apparaît le plus souvent (chez près de la moitié des cas). La maltraitance financière, et la maltraitance physique sont présentes dans près d’un tiers des cas chacune, tandis que la violation des droits humains se manifeste dans près d’un cinquième des cas.
  • Les facteurs de risque identifiés sont de deux types : 1) relatifs à la victime (besoin d’assistance, besoin de soins, troubles démentiels, etc.) ; 2) relatifs à l’auteur de violence (surcharge, cohabitation avec la victime, etc.).
  • Dans 81% des cas, au moins deux facteurs de risque ont pu être mis en évidence.
  • Dans 13% des cas, aucun facteur de risque n’a pu être identifié.

Implications pour la pratique

  • Considérant que dans plus de 80% des cas au moins deux facteurs de risque sont présents, une stratégie globale de prévention s’impose.
  • Les différents niveaux de prévention à atteindre concernent les professionnels de la santé, les institutions mais aussi – afin de toucher également les proches aidants – les ressources au niveau de la communauté (associations, paroisses, etc.) et les décideurs politiques.
  • Le médecin de famille et les autres professionnels de la santé doivent être attentifs à la charge que peut représenter pour les proches aidants le fait de s’occuper d’une personne âgée. Il leur est recommandé de demander aux proches aidants comment ils vivent la situation et de proposer, si nécessaire, l’aide de services professionnels. Lorsque la situation présente plusieurs facteurs de risque de maltraitance (p. ex. troubles démentiels de la victime, cohabitation avec le proche aidant), une attention particulière doit être accordée à la surcharge et à l’épuisement possibles des proches aidants.

Mots-clés :

article scientifique – maltraitance – personnes âgées – étude rétrospective – types de maltraitance – prévalence – facteurs de risque – domicile – proches aidants – prévention – institution long séjour – EMS – médecin – professionnels santé – soignants – alter ego – Pro Senectute – Suisse – Zürich